A la croisée de la joaillerie, de l’horlogerie et de l’architecture

A la croisée de la joaillerie,
de l’horlogerie et de l’architecture

Quand le calibre le plus célèbre de l’horlogerie s’habille d’un sertissage dentelle de Haute Joaillerie, le résultat éclaire d’une lumière inédite l’architecture du mouvement baguette.

 

 

Il va bientôt avoir 40 ans. Il est pourtant loin d’avoir délivré tout son potentiel. Par delà ses interprétations masculines, féminines, son remontage manuel ou automatique, son orientation verticale ou horizontale, il reste encore de nombreux chapitres à écrire à propos du mouvement baguette. La Golden Bridge Round 39 en est l’illustration.

Il s’agit probablement de l’une des créations de Haute Joaillerie les plus audacieuses, non seulement pour Corum mais aussi pour l’horlogerie contemporaine. La Golden Bridge Round 39 est d’une architecture unique, un jeu de formes exemplaire avec son mouvement baguette horizontal, deux demi-lunes de part et d’autre dans un boitier rond de 39 mm. Pas moins de six nouvelles versions de Haute Joaillerie voient aujourd’hui le jour. Ensemble, elles font la part belle à cinq pierres d’exception : diamant, saphir, rubis, tsavorite et améthyste.

Ces pierres sont serties dans une authentique dentelle en or qui s’étend de part et d’autre du mouvement. Contrairement à la plupart des créations joaillières, dans la Golden Bridge Round 39, la lumière vient donc de l’intérieur de la pièce. Elle éclaire le mouvement de reflets bleus, verts, rouge, violets ou blancs. La composition entière de la pièce est ainsi destinée à mettre en valeur le mouvement baguette, élément central et identitaire de toute Golden Bridge que ce modèle Round 39 respecte une fois encore.

Pour parvenir à ce résultat, c’est une microstructure en dentelle qui s’étire aux côtés du mouvement. Elle accueille un sertissage qui, à lui seul, requiert 1,5 jour de travail. Pour accentuer l’effet radieux du cadran, les artisans de Corum ont opté pour une taille marquise des pierres, reprenant ainsi l’effet de rayons partant du mouvement et s’étirant vers la boite. Enfin, le caractère ajouré de la dentelle joaillière permet à la pièce d’être littéralement traversée de lumière. Chaque pierre prend ainsi un éclat différent selon son angle, la nature et l’intensité de la lumière qui y pénètre. Jamais, au cours d’une même journée, la Golden Bridge Round 39 ne présentera le même visage.

Comme dans toute pièce de Haute Joaillerie, la Golden Bridge Round 39, proposée en or blanc ou or rose, est intégralement pavée (cadran, lunette et cornes). La version diamant ajoute une dernière spécificité : les deux ponts d’or qui encadrent son mouvement baguette et le rehaut sont eux aussi pavés de diamants. Ces versions affichent donc 76 diamants Wesselton sur la boîte, 12 diamants « marquise » et 24 diamants ronds sur la microstructure, ainsi que 46 diamants ronds sur les ponts des microstructures et 60 diamants sur le rehaut. Le caratage total d’une pièce atteint ainsi 6,41 carats.

« La réussite du sertissage de la Golden Bridge Round 39 ne tenait qu’à une chose : qu’il respecte le caractère aérien et léger du mouvement baguette. Le précieux devait servir cette mécanique d’exception. La Golden Bridge Round 39 y parvient, opérant le mariage radieux de l’horlogerie et de la haute joaillerie », conclut Jérôme Biard, CEO Corum.