Interview avec les architectes du siège de Corum - « Nous travaillons comme des horlogers »

Interview avec les architectes du siège de Corum - « Nous travaillons comme des horlogers »

Interview avec les architectes du siège de Corum
« Nous travaillons comme des horlogers »

Les architectes zurichois du siège de Corum à La Chaux-de-Fonds, Margrit Althammer et René Hochuli, retracent la genèse de ce projet incroyable.

Margrit Althammer et René Hochuli se sont rencontrés au début de leurs études d’architecture. Aujourd’hui, leur fille crée ses premières maquettes dans leur petit cabinet de Zurich. Ce qui leur importe, c’est de perpétuer le savoir-faire artisanal. Les deux architectes ont accepté de parler de l’un de leurs projets phares : la construction du siège de Corum à La Chaux-de-Fonds au milieu des années 1990.

 


Comment est né le projet du siège de Corum ?


M. Althammer : L’idée nous est venue à l’époque de M. Bannwart, le fondateur de la marque. Plusieurs raisons ont conduit à agrandir le siège de Corum au début des années 1990. Une embellie commençait à se faire sentir dans l’industrie horlogère. De plus, M. Bannwart souhaitait fêter les 40 ans de la marque avec une extension qui soit représentative du travail de ses horlogers. Un concours a été organisé pour les jeunes architectes et nous avons eu la chance d’être sélectionnés.

 

En quelle année a débuté le projet et combien de temps le chantier a-t-il nécessité ?


R. Hochuli : L’appel d’offres a eu lieu au printemps 1992 avec un jury formé de l’architecte Max Bill et des professeurs Vincent Mangeat et Ueli Zbinden. Le chantier a débuté à l’automne 1993 et la cérémonie d’inauguration s’est déroulée à l’été 1995 pour commémorer le 40e anniversaire de la marque.

Quels ont été les principaux problèmes rencontrés lors de la phase de construction ?


M. A. : Nous n’avons rencontré aucun problème majeur. Lors de la phase initiale, le projet a été ficelé dans les moindres détails afin d’obtenir un large consensus. Ainsi, toutes les échéances du chantier ont été respectées.


Quels étaient vos objectifs en termes d’architecture ?


R. H. : Nous avons conçu la Manufacture selon la même structure qu’une montre ancienne : à la manière d’une grille dans laquelle on insérerait de minuscules rouages. C’est la raison pour laquelle on voit des surfaces vitrées au milieu de la structure globale en acier. Les différentes sections du bâtiment indiquent que celui-ci est divisé en plusieurs couches, à l’image d’une montre. On pourrait même oser la comparaison avec la Golden Bridge. Le bâtiment reflète le même principe de tradition artisanale.



Est-ce que votre manière de travailler a évolué depuis ce projet ?


M. A. : Nous travaillons exactement de la même manière qu’il y a 20 ans ! Nous avons gardé notre petit cabinet d’architecture et développons nos concepts en équipe réduite, jusque dans les moindres détails, comme des horlogers. Le projet Corum a marqué le début d’une carrière fructueuse. Ces dernières années, nous avons mené à bien plusieurs projets dans le domaine du développement urbain – comme la rénovation de l’ancienne brasserie Hürlimann à Zurich – ainsi que des conversions à plus petite échelle. Notre projet le plus récent est la conception d’un hôtel  - spa sur le site Hürlimann. En parallèle, nous avons toujours mené une activité de conférenciers dans des écoles d’architecture.